Ride The Flavour (fr)

Une semaine de WWOOFing à la ferme DevBala

Mai. 22nd | 6 commentaires

Samedi 10 mai. Je soulève le pied gauche et mon vélo s’élance dans la pente. Alors que la première courbe se rapproche, je jette un dernier regard en arrière. La gravité m’emporte, mais la lumière est plus rapide et parvient à m’offrir une dernière image de Samuel. Lui a décidé de rester à McLeod Ganj où il espère s’immerger dans la spiritualité bouddhiste et ainsi se rapprocher de la sienne. Quant à moi, je me dirige vers une expérience un peu plus terre à terre…

J’ai dévalé la pente jusqu’à atteindre l’adresse la plus précise que j’avais : Gharoh. Un village… Mais un village dont tous les habitants connaissent la ferme de Devinder Rana ! C’est ainsi que quelques instants plus tard, je couchais mon vélo dans l’herbe et me relevais pour serrer la main de Devinder. J’ai ensuite fait la connaissance de sa femme Brij Bala et de Sulekah (leur fille adoptive en quelque sorte), puis de Priyanka et Guglu leurs enfants, et de Buti une amie d’enfance. Tous m’ont accueilli à bras ouverts, si bien que je suis resté chez eux jusqu’au lundi 19 mai. Pendant une semaine, j’ai été WWOOFer en Inde…

Le concept du WWOOFing ? Travailler à la ferme en échange du gîte et du couvert. Et je pense avoir mérité le gîte et le couvert !


dsc_4211

« DevBala Farm », la ferme de Devinder et Brij Bala. Un petit coin de paradis en Inde. Ils vivent au sommet d’une colline qui surplombe des champs de blé en étages, et au milieu d’un jardin qui accueille une diversité à peine croyable !


dsc_4597

Tomates, pommes de terre, oignons, concombres, épinards, petits pois, lentilles, piments, potirons, okra, ail, gingembre, menthe, et tout une flopée d’épices (massala, cumin, curcumin, etc) pour ce qui pousse au ras du sol. Et pour les arbres fruitiers, la liste est aussi longue : mangues, litchis, papayes, goyaves, citrons, avocats, cerises, figues, prunes, noix, pommes, poires, bananes, et groseilles indienne (« amla »). Ils ont aussi deux parcelles (1/2 ha au total) qu’ils cultivent en alternance (d’une durée de 3 ans, l’une se repose quand l’autre est travaillée) en blé ou en riz. Quelques animaux viennent compléter ce fourmillement végétal : coqs, poules et poussins pour les œufs, ainsi qu’une vache pour le lait, le fumier et l’urine*. Et 2 chiens au top, Djolo et Blacky !

* Pour protéger ses plantes des insectes, Devinder les asperge d’urine de vache. Il laisse fermenter l’urine dans un bocal avec du sucre, et apparemment le résultat est tellement puissant qu’il doit diluer chaque volume dans 2 volumes d’eau pour ne pas brûler la plante.

Somme toute, la ferme subvient à la plupart des besoins alimentaires de la famille. Et le plus fou, c’est qu’il y a 30 ans le terrain n’était que broussailles. Devinder et Brij Bala ont quasiment tout construit eux-même !


dsc_4475

Et ils n’ont pas encore rangé leurs outils au placard. Devinder avait comme projet de construire une ruche durable, faite de pierres et de briques et prenant en compte ses expériences précédentes. J’ai donc passé les premiers jours à creuser les fondations (à la pioche et à la pelle) et porter les pierres (à l’épaule). Nous avons ensuite appelé le maçon qui a construit les fondations et la base de la ruche.

Le trou prêt à accueillir les fondations (1,8×1.2×0.6 = 1,3m³ si on se fie aux mathématiques… mais c’était plutôt 20 si voulez mon avis !), et les pierres prêtes à devenir les fondations. Sans oublier Djolo et Blacky.


dsc_4177

La construction des fondations


dsc_4249


dsc_4256

Et la base de la ruche après le passage du maçon


dsc_4407

C’est tout ce que nous avons eu le temps de faire en une semaine. Il n’était pas possible d’achever la construction, mais les travaux sont maintenant lancés… et Léo et moi avons décidé d’impliquer l’association Ride the Flavour dans le projet. Comme vous le savez, nous avions conservé 20% des dons que nous avions reçus afin de pouvoir aider de belles initiatives agricole. Devant le travail accompli par Devinder et Brij Bala et ses résultats, nous avons décidé de financer la construction de cette ruche. Une bouffée d’air pour cette famille qui ne roule pas sur l’or, mais surtout, nous l’espérons, une motivation pour continuer leur oeuvre.

Le reste du temps, je participais aux tâches habituelles de la ferme : arroser les plantes, courir après les poussins pour les remettre dans le poulailler, sortir les légumes de terre pour le repas, planter quelques nouveaux arbres, casser des rochers qui traînaient pour les réduire et enfin les évacuer (ça y est, la photo prend du sens !), apporter et stocker le foin (c’était la période des moissons du blé) pour la vache, etc.

L’approche de Devinder et Brij Bala est sans doute trop familiale, trop peu portée sur le rendement, pour pouvoir être développée à plus grande échelle. Alors quel peut-être leur rôle dans la transition vers une agriculture durable ? Un rôle de sensibilisation. Devinder à travers sa ferme biologique, et Brij Bala à travers sa médecine naturelle, se font les porte-paroles de ce mode de vie traditionnel et proche de la nature. Ils le partagent avec les WWOOFers et touristes qui passent (ils ont quelques chambres qui font office de guesthouse et dont les revenus sont d’ailleurs capitaux pour que la ferme continue de tourner) mais aussi avec les autres agriculteurs des alentours. Devinder est très respecté dans la région et essaye de les inciter à ne plus utiliser de produits phytosanitaires.

Je vous présente Devinder !


dsc_4442

Et bien sûr, de manière plus générale, quelle belle expérience humaine ! Après le tâtonnement inévitable des rencontres, ils m’ont vraiment accueilli comme faisant parti de la famille. En discutant avec eux, j’ai beaucoup appris sur la région et sur l’Inde. Et je dois dire qu’une chose m’a vraiment marqué : le contraste entre la génération précédente (celle de Devinder) et la génération actuelle (celle de Guglu et Priyanka). Les enfants vivent proches de la mondialisation et l’influence occidentale, tandis que les parents pensent comme la génération de mes grands-parents. Tous les quatre ont une grande bonté en eux, mais je pense que ce canyon générationnel (même s’il y a du bon des deux côtés) rend souvent et malheureusement leurs relations tendues.

Mais quelle famille n’a jamais vécu de conflit ?! Celle-là restera en tout cas dans mon cœur.

Brij Bala !


dsc_4339

Sulekah !


dsc_4362

Merci à tous, Devinder, Brij Bala, Sulekah, Priyanka, Guglu et Buti, pour m’avoir offert une semaine aussi riche !


dsc_4577

6 comments Ajouter un comentaire

  1. félicitations Damien pour ce travail de force !
    et bravo de votre participation financière avec Léo pour cette « ferme biologique »
    nous te suivons avec plaisir ….
    bises
    marie


  2. Oh cela nous fait revenir quelques mois en arrière. Autre continent, autre ferme biologique, autre réalité, autre famille,… le passage de « Ride the Flavour » était très court, mais nous en gardons un souvenir intense… et concret même, avec ce beau placard à conserves et un autre don génial, ce magnifique reportage qui a permis à beaucoup de gens de connaître notre expérience. Nous vous avons vus à l’oeuvre, Damien : nous sommes sûrs que tu as bien mérité ton gîte et ton pain ! Bravo et bonne route à vous.


  3. Bravo Damien ! ce tas de cailloux est impressionnant ! que d’aventures … On pense bien à vous et suivons avec joie vos pérégrinations à l’autre bout du monde . Bizz . Flavie


  4. Bravo Damien pour ton engagement et ton courage pour continuer ce tour du monde.
    Bravo de toute l’ équipe du festival de l’ aventure individuelle de Mauzé sur le mignon..
    Jacques


  5. C’est génial ce que tu as fait! Comment as tu fait pour entrer en contact avec l’hôte wwoofing? J’ai reçu une liste de plus de 200 fermes mais il n’y a pas de mail ni de numéro de téléphone. Alors je me demande vraiment comment woofer en Inde 🙂

    Marion


    • C’est bizarre ; la liste que j’avais reçue donnait le numéro de téléphone et le mail de chaque ferme membre du réseau. Je te réponds un peu tard, mais recontacte moi si tu n’as pas trouvé de solution entre temps !


Ajouter un commentaire





reset all fields