Ride The Flavour (fr)

L’accueil du Penjab et les montagnes de l’Himachal Pradesh

Mai. 9th | 6 commentaires

« Mais à Jaipur, une fabuleuse nouvelle nous attendait… »

C’est ainsi que s’achevait la précédente newsletter. Car oui, à ce moment-là, notre tour du monde en vélo était sur le point de redevenir électrique : nous avions récupéré les batteries de nos vélos ! Elles étaient arrivées jusqu’à la General Post Office de Jaipur ; nous n’avions qu’à monter à l’étage des douanes, justifier leur utilisation non-commerciale (« Mais oui, les vélos sont juste en bas, vous voulez les voir ? »), payer leur dédouanement, et les récupérer… Une fois sur place, on se dit tout de même que l’organisation n’est pas leur fort. Les colis du jour (ou de la semaine, qui sait ?) sont éparpillés d’un bout à l’autre de la pièce, le courant se coupe tous les quarts d’heure, et il nous faut bien 2h pour venir à bout de leur paperasse. Mais qu’importe, nous sortons du bâtiment avec les batteries dans les mains, les moteurs de nos vélos allaient enfin reprendre du service !

Malheureusement, cette perspective s’est vite évaporée… quand les batteries ne se sont pas allumées. Notre sponsor VELOSCOOT a trouvé la cause de ce dysfonctionnement, et le diagnostic est formel : les batteries doivent retourner en France pour une mise à jour en usine. Ce n’est donc pas en Inde que nous entendrons de nouveau le doux ronronnement de nos moteurs.

Le destin nous a joué un sacré tour, mais que pouvait-on y faire ? Cette désillusion n’allait pas abattre notre motivation. Nous avions devant nous les montagnes de l’Himalaya, et avec elles l’espoir d’une atmosphère paisible et harmonieuse. Il était temps de reprendre la route.

De Jaipur, nous avons pris le train jusqu’à Amritsar. 800 km identiques aux 500 que nous avions déjà roulés, nous disait-on. Aucun remord ni regret à l’achat du billet, nous étions même plutôt soulagés à l’idée de zapper ces 800 km en 1 nuit. Les 500 précédents ont chamboulé nos références et bousculé l’assise de notre pensée ; nous avons beaucoup appris, mais l’Uttar Pradesh et le Rajasthan ne sont certainement pas les états d’Inde les plus plaisants à parcourir à vélo…

Jeudi 1 mai. Nous arrivons à Amritsar, centre spirituel et culturel de la communauté sikhe. Nous avons changé d’Etat, nous sommes au Penjab !

Harmandir Sahib, le « Golden Temple », à Amritsar. Le lieu de culte le plus important pour la plupart des Sikhs.


dsc_3748

Le lendemain, nous quittons Amritsar par l’Est et commençons à rouler vers Hoshiarpur. Le changement d’air est flagrant : les Indiens que nous croisons sur la route sont bien plus bien plus amènes qu’ils ne l’étaient en Uttar Pradesh ou au Rajasthan! Finis les regards mauvais, ici les sourires prédominent ! Et la religion y est sans doute pour quelque chose… Au Punjab, la majorité des habitants sont Sikhs. L’aide et le partage sont au cœur de leur religion : les temples Sikhs offrent à manger et à boire à TOUS ceux qui le demandent, quelle que soit leur religion, couleur ou classe sociale. Le Golden Temple offre ainsi près de 100 000 repas par jour !

« The Lord Himself Is The Farm »


dsc_3765

Distribution de repas… et de thé aussi !


dsc_3802

L’atmosphère dans les cuisines du Golden Temple est à la fois transcendante et très joyeuse ! Plusieurs Sikhs sont même venus me voir pour que je les prenne en photo !


dsc_3800

A la fin de la journée, le hasard nous a guidés vers un temple Sikh peu avant Urma Tanda. Nous avons pu dîner, puis déjeuner le lendemain, et découvrir les fondements de cette religion de la bouche d’un des résidents du temple… (qui fort heureusement parlait Anglais !)

Le Sikhisme a été fondé au 15ème siècle par le Gurû Nanak. C’est une religion monothéiste qui tire son essence des enseignements spirituels des 10 premiers gurûs, recueillis dans le Siri Guru Granth Sahib, l’équivalent de la Bible catholique ou le Coran musulman.

Les principes fondamentaux :

– Si tu veux quelque chose, ne te sers pas des autres pour l’obtenir, utilise tes propres mains.
– Rends grâce à Dieu, remercie le pour ta vie.
– Partage tes biens avec ceux qui en ont besoin.

Les règles vestimentaires :

– Ne te coupe aucun cheveu ou poil des pieds à la tête. Dieu t’a fait ainsi, il n’y a rien à changer.
– Le turban
– Le bracelet d’argent pour que tu n’oublies pas que ta main est la main de Dieu.
– La dague pour pouvoir te défendre
– Le caleçon pour te rappeler que tu ne peux coucher qu’avec ta femme

Ses fondements sont bons (comme ceux de toute religion), mais le mode de vie qui en découle nous a paru plutôt archaïque… Toujours est-il que ce temple respirait l’altruisme, nous avions reçu et nous voulions donner à notre tour : après le dîner, nous avons aidé à faire la vaisselle des repas servis. L’air était pur.

Le hasard qui nous a guidés vers ce temple ? Une rencontre ! A quelques pas de là, pour la première fois depuis que notre aventure indienne, un habitant nous a ouvert les portes de son jardin. Une heure plus tard, nous étions aussi invités à dormir au temple. D’un coup, l’Inde entière devenait hospitalière !

Notre jardin privé, le temps de 2 nuits !


dsc_3837

La cour du temple sikh d’à côté


dsc_3872

Cet homme respirait une paix profonde. Il a accepté que je le prenne en photo : il a la tenue complète des vrais Sikhs… et la position typique d’un Indien en train de faire une sieste !


dsc_3868

Nous sommes ensuite entrés dans les montagnes de l’Himachal Pradesh. Enfin, le relief a perdu de sa constance et les paysages ont commencé à s’embellir. Nous avons même pu passer une superbe nuit en camping près d’un ruisseau. Qui dit ruisseau dit baignade et, comble du luxe, nous avons cuisiné des crêpes pour le dîner !


dsc_3929

Et nous voici maintenant à McLeod Ganj, à 1800m d’altitude. Pour Samuel, la montée fut difficile… Il s’en est très bien sorti pour quelqu’un qui se retrouve catapulté dans ces conditions de voyage sans préparation. Son courage a accompli des prouesses, malheureusement nous devons nous rendre à l’évidence : Samuel ne sera pas capable d’affronter les régions montagneuses qui nous attendent (avec des cols jusqu’à 5300m) sur un vélo de 40 kg.

Nous allons donc nous séparer pour le prochain mois : Samuel passera sûrement quelques temps dans un monastère bouddhiste puis se baladera dans la région, pendant que je reprendrai la route, une grande boucle vers le Ladakh (Jammu – Srinagar – Leh – Manali). Nous nous retrouverons ensuite avant de rentrer à New Delhi.

McLeod Ganj, le village où s’est installé le gouvernement tibétain en exil après avoir quitté Lhassa pour échapper à l’oppression chinoise.


dsc_4152

La promesse des montagnes… 😉


dsc_4049

A suivre…

6 comments Ajouter un comentaire

  1. C’est bien ballot ces batteries !
    Courage Damien ……pour pédaler tout seul et ….chapeau ! Tu es notre héros !
    Je t’envoie de grosses bises
    amarie


  2. … vous savez quoi, je ne sais même pas quoi écrire tellement tout ceci est époustouflant ! On vous suit de près… même qu’on est sûrs que dans vos bagages doit bien traîner quelque petit grain de sable de chez nous 😉


  3. Mais qui a eu l’idée géniale de vous faire partir avec des vélos électriques !!!? Celui là va raser les murs à votre retour. En tout cas on comprends mieux pourquoi il n’y a toujours aucune mention de ride the flavour sur le site Veloscoot. Contrairement à vous ils ne sont guère professionels.
    Quant aux 5500 m ,c’est à peine plus que la Bolivie, alors c’est cool!
    Bon courage quand même Damien.


  4. bonjour Damien et Samuel mais peut-être que tu es déjà tout seul Damien
    que de belles photos pour illustrer votre parcours en Inde _1 mois déjà!!
    bonne continuation et j’espère que de son côté Samuel donnera des nouvelles…je lui fait confiance pour bien se débrouiller
    bises JP


  5. Bon courage Damien tu en aura besoin et Samuel profites de cette expérience c’est magique ! #J1


  6. Bon courage à vous ! Pour Damien et la fameuse montée, des découvertes à venir… Et pour Samuel aussi, Mac Leod Ganj est un très beau lieu, n’est-ce pas ? D’autres découvertes, certainement !! Bises à vous deux…
    On est très fiers de vous !


Ajouter un commentaire





reset all fields